Miscellannées. Des quatre derniers mois.

Ah, si peu de temps, tellement de choses à manger.

J’ai fait pas mal de découvertes 100% chocolat ces derniers mois, à la faveur de quelques voyages, et comme je suis sympa, voici une petite liste sans queue ni tête, ni organisation logique, comme ça me vient :

  • Dandelion Chocolate, San Francisco. Une oasis pour cacaomanes, pointue sans être snob, comme seuls les Américains savent le faire. Situé dans Mission, Dandelion Chocolate produit son chocolat à partir de fèves achetées directement aux producteurs (bean-to-bar). Ils ont ouvert leur atelier et y ont accolé une boutique et un café. Malin. Le tout fait avec goût et simplicité. Si tu vas à San Francisco, n’oublie pas d’y passer. Un ami en avait déjà parlé ici, et ça m’a permis de vérifier par moi-même que cette personne était bien de confiance. Et de mettre des fleurs sur ta tête, si tu as envie*.

    Dandelion Chocolate
    Dandelion Chocolate
  • Après la Californie, j’ai enchaîné avec la Suisse, où j’ai enfin goûté à la pâte à tartiner Ovomaltine. Du Nutella avec des petits morceaux croustillants d’Ovomaltine, le tout dans un pot au look vintage. Vraiment, mais vraiment pas mal. Fort potentiel d’addiction. À ce que demander ce que font les gars de la R&D chez Nutella. Ça ne devrait pas être bien compliqué de rajouter un peu de crêpe dentelle ou de gaufrette écrasée dans du Nutella. Pas besoin de prendre le Lyria, on en trouve désormais en supermarché en France. Mais bon, c’est toujours plus sympa de le goûter sur place.
Ovomaltine crunchy
Ovomaltine crunchy
  • Les pralinés de Philippe Pascoët, chocolatier suisse. Bons, bien faits, mais pas à se damner non plus. Ça manque un peu d’aspérité, c’est trop lisse. Le praliné feuilleté est pas mal.

 

  • De retour à Paris, une bonne âme m’a offert des chocolats venant d’une boutique de Montmartre, Illèné. Deux coréennes passionnées de chocolat ont ouvert leur petit atelier-boutique, discret et sobre, juste à côté de la rue des Abesses. Leurs noisettes enrobées de chocolat étaient à mourir. L’enrobage était fin, ave beaucoup de saveurs, parfait. Généralement ces petites friandises ne sont pas aussi travaillées, on sent l’amour du travail bien fait. Ça m’a donné envie d’aller voir de plus près le reste.
Chocolat Illene
Petites pépites de noisettes enrobées de chocolat noir et au lait

* Si vous ne connaissez pas cette chanson, je ne peux pas grand chose pour vous.

Les miscellanées de janvier

J’aime bien ce format de trucs intéressants, glanés à droite à gauche et jetés comme ça pêle-mêle en pâture au web. Je vais essayer de m’y tenir. Je démarre avec janvier. Mais, nous sommes en février vous dites-vous. Bien vu Sherlock ! Justement, c’est le moment pour faire le point sur ce mois de janvier.

Les épices et préparations Beendhi

epice masala et riz noix de coco
Le masala de Bena Paradin pour Beendhi et Roellinger, et en arrière plan le joli rose indien du riz à la noix de coco du Kerala

Ils font partie de mes favoris de placard depuis un petit bout de temps. Les produits Beendhi sont canon. Il s’agit de préparations de cuisine indienne faits à partir de produits bio. J’aime beaucoup leurs riz, à faire simplement au rice cooker, qui sont parfaits avec des légumes, pour changer des riz classiques. Les lentilles à la noix de coco, la semoule d’épeautre aux courgettes et le quinoa aux légumes au sont top pour des dîners végétariens. Bonus non négligeables, le packaging est beau. La créatrice de la gamme a été adoubée par Roellinger, donc j’ai foncé les yeux fermés. Elle a même créé toute une gamme de masala avec eux. J’utilise leur masala pour enjoliver des légumes rôtis au four. Ça marche hyper bien avec de la patate douce. Je bois des litres de chaÏ de yoga tea, sans lait merci, donc leur gamme de chaîne m’attire bien, à tester !

Les galettes de sarrasin Bio Bleud

Petite découverte chez mon Bio C Bon local, les galettes de sarrasin Bio Bleud. Avec une liste d’ingrédients courte et simple, elles sont délicieuses.C’est fait par un groupe familial en Bretagne, spécialisé dans le bio. Que demander de plus ?

Alors posons les choses toute suite : les puristes de la galette bretonne, j’en connais, ces gens-là peuvent être dangereux, ne l’adouberont pas. Elles ont une texture plus épaisse que celle de la galette classique, qui s’approche de celle du blinis. Sacrilège. C’est justement ce que j’aime. Elles sont moelleuses, c’est comme un doudou. C’est génial d’avoir ça dans son frigo, à dégainer n’importe quand. Elles passent très bien même nature, avec du beurre salé. On en dézingue un paquet par semaine.

Le Bullet Journal

Le Bullet Journal. Tout Instagramenbruisse. C’est une méthode d’organisation qui combine sur un carnet vierge le principe de l’agenda et des liste de choses à faire. C’est le propriétaire du carnet qui crée et organise les pages à sa guise, avec un système d’indexation intelligent. Inventé par un graphiste américain from les USA, cela a été popularisée en France par Solange te parle sur sa chaîne You Tube. Depuis beaucoup de personnes s’y mettent. Ayant depuis mon enfance été adepte de fiches et autres listes, ainsi que de papeterie en tous genres, j’ai été vite attirée par la chose. J’ai aussi renoué récemment avec le papier pour limiter mon utilisation de mon iPhone. J’ai toujours avec moi un cartent A5 Muji. Sorte d’embryon de bullet journal, j’y annotais mes réflexions, mes rêves, mes prises de notes lors de podcasts intéressants ou encore des brouillons de textes. Sous l’influence du bullet journal, je suis en train d’y transférer des pages de livres lus, de podcasts notables écoutés, et de mots de vocabulaire que j’aimerai ré-utiliser. J’y viens, j’y viens ! J’ai même investi, pour le plaisir il faut bien le dire, dans un set de feutres d’aquarelle (découverte totale pour moi, pourquoi personne ne m’a parlé de ça auparavant ?) dans les tons gris.

Je conserve néanmoins mon agenda digitalisé qui est synchronisé sur tous mes outils (MacBook Pro, iPad et iPhone), et qui comporte des agendas partagés avec mon mari et avec la famille avec qui nous avons mis en place une garde partagée. Concernant le volet to-do que le Bullet Journal est censé comporter, cela m’amène au point suivant :

To-do : le format parfait

outils de productivité et d'organisation
Productivité. Efficacité. Succès. Toi aussi, deviens un winner de ta vie.

Après des années d’essais plus ou moins fructueux, je crois que j’ai trouvé LE support de to-do idéal pour moi : une feuille A5 cartonnée, à petits carreaux, recto-verso, sans petit trous. C’est précis. Je désormais suis une femme heureuse et tellement productive. Au recto, ma to-do pro, au verso, ma to-do personnelle. Et je la glisse dans mon carnet Muji A5. Et bam.