Tag Archives: marou

Les beaux habits des tablettes nouvelle génération

Edit février 2016: encore plus de beaux packagings ici sur le site Saveurs (en anglais).

Marou, Maast Brothers ou encore le Chocolat des Français, nombreuses sont les petites maisons émergentes à vouloir se démarquer non seulement par une approche particulière du produit (cru, bio, bean to bar, 100% français etc.), mais aussi par une identité visuelle très forte. Elles appliquent les recettes de la mode, la mode, la mode sur les tout bêtes emballages papier qui ne demandaient que ça. Le Chocolat des Français combine par exemple le Made in France qui continue d’être porteur dans les start-up et l’agro-alimentaire avec l’illustration qui connaît en ce moment un renouveau bienvenu. Les tatouages art deco des sublimes tablettes de Marou aux couleurs profondes nous entraînent instantanément dans les méandres du Mékong, tandis que Maast Brothers fait ses gammes entre papiers peints esprit quaker et splash modernistes.

Mangue mûre et chocolat Marou

Ça se passe bien ou bien le goûter chez Madame Ganache ?

Tablettes Mast Brothers

Les tablettes hipstery-cool Mast Brothers font tapisserie.

Ces nouveaux codes viennent gentiment chambouler l’univers classique de la tablette avec une fraîcheur bienvenue, et tranchent avec les camaïeux de noirs et marrons de l’industrie. Cette micro tendance a même fait bouger un nom plus installé en quête de modernité comme Jeff de Bruges. Le roi de la praline belge, surtout connu pour son abus de crème, a lancé récemment une gamme de tablettes d’origine, qui ma foi se tiennent plutôt bien malgré une texture plutôt grasse, aux habillages évoquant l’univers de la marque de papeterie Papier Tigre. Dommage qu’ils se soient cantonnés à leur gamme de tablettes, et n’aient pas continué sur leur lancée en revoyant la décoration de leurs boutiques…

Tablettes Jeff de Bruges relookées

Tablettes Jeff de Bruges relookées. De haut en bas: Pérou, Équateur, Côte d’Ivoire

Cette initiative est tout à fait louable mais un peu isolée pour l’instant. Les marques Dolfin et Chapon tranchaient bien dans les rayonnages avec leurs emballages colorés et joliment surannés sans pour autant capter l’air du temps. Les maisons haut de gamme apportent certes un soin tout particulier à l’emballage de leurs tablettes car il est tout autant vecteur d’image que l’aménagement de la boutique, les sacs ou les boîtes de bonbons de chocolat, sans pour autant aller jusqu’à des choix esthétiques aussi tranchés que ceux de leurs petites soeurs. Ça manque de pep’s.

Tablettes Dolfin poivre rose et thé Early Grey

Tablettes Dolfin poivre rose et thé Early Grey

La pâtisserie s’est pourtant depuis longtemps emparée de cette opportunité, dans la foulée du précurseur Pierre Hermé. Ce génie du marketing a très vite compris l’intérêt de décliner non seulement des saveurs par saisons, ce qui était révolutionnaire à l’époque, mais aussi des collections temporaires travaillées avec des artistes. Ladurée, qu’il a contribué à ressusciter, continue à sortir des boîtes éphémères suscitant la convoitise de jeunes japonaises collectionneuses. De nombreux pâtissiers, confiseurs et quelques chocolatiers lui ont emboîté le pas. Ma collaboration récente préféré? Le bento – boîte de chocolats réalisée par Maison Kitsuné et Pierre Marcolini, imprimé de renards adorables, mon animal totem (oui j’ai un animal totem, pas vous?). Je l’ai achetée juste pour la boîte, qui accueille aujourd’hui des piles. N’est-ce pas la plus noble des reconversions?

Boîte chocolats collection Kitsuné Pierre Marcolini

Renard + Chocolat + Japon + Belgique = boum boum dans mon coeur

 

Graouuu

La très belle marque Marou a réussi le double tour de force de mettre un pays sur le devant de la scène cacaoté, le Vietnam, et d’initier un mouvement bienvenu de travail graphique des tablettes (article à venir). Je vous en avais déjà parlé ici.

Ten Giang  Marou

Ten Giang Marou

Cela aurait pu s’arrêter là, mais elle m’a aussi récemment permis de vivre une expérience inédite:

ressentir une sensation décrite sur l’emballage

A savoir “chocolat avec des notes caractéristiques de fruits et de miel”. La beauté de la simplicité.

Ce qui est rarement offert à l’amateur de vin, de thé, de café, et de quoi que ce soit d’ailleurs. Sauf les fruits rouges dans le Muscador rosé. Ils étaient bien nets ceux-là. Je ne vous ferai pas l’affront de mettre une photo de muscador, ça pique les yeux, je laisse Google vous initier.

Car cette fine couche de chocolat à 70% était miellée, mais miellée, je me sentais telle Winnih l’Ourson devant un pot de miel.

Pas besoin de LSD pour avoir des sensations, et en plus c’est bio, merci Marou!

Miaou

Miaou