Tag Archives: glace

🌰Passion marron 🌰*

Yo, tendre lecteurs Milka,

J’ai besoin de vous faire une confession, un peu comme un de mes amis proches qui, un soir, sans doute mis en confiance par les quelques verres de Chablis qui avaient égayé notre journée, nous a avoué du bout des lèvres aimer Wagner. Stupeur et sidération.

Moi, j’aime le marron.

Paf! c’est dit. Dans le marron glacé je suis en fait plus marron que glacé. Sentant ma passion du moment faiblir et voguer vers d’autres saveurs, je me suis donc pressée de fignoler cette note. D’autant que l’hiver va bientôt toucher à sa fin et que ce ne sera plus de saison, ma bonne dame.

Planche botanique de châtaigne, le nom officiel et plus élégant de ce que nous mangeons.

Planche botanique de châtaigne, le nom officiel et plus élégant de ce que nous mangeons.

J’ai pourtant du mal avec les marronniers (blague) qui rythment l’année gourmande:  Noël, l’Épiphanie, la Saint Valentin, Pâques, tout ça. Seul l’été, la vraie trêves des confiseurs, nous laisse un peu de répit, à nous et nos bourrelets sous pression. Quelques-uns tentent bien de nous faire le coup de chocolats aux saveurs rafraîchissantes, ça va bien merci. Pour ça, y’a les Pyrénéens de Lindt, vous savez, ceux que l’on se lance au visage dans une boule de neige, et qui resteront à tout jamais un mystère total pour moi.

Bref. Vive le marron. Je mène donc, oh gentiment, avec mes petits moyens, une campagne de promotion du marron. Je le trouve trop injustement assujetti à jouer le rôle d’une farce dans, pardonnez-moi, le cul d’une dinde. Les poissons gras ont bien eu le droit à leur come-back, réhabilitons le marron! Je réfléchis à lancer une campagne de crowdfunding sur le sujet, il me manque simplement le blanc-seing du Conseil Départemental de l’Ardèche. Simple formalité.

La tarte Mont-Blanc Delmontel, bof, la pâte était détrempée, dommage

La tarte Mont-Blanc Delmontel, bof, la pâte était détrempée, dommage

Voici donc les diverses manières que j’ai trouvé de l’accommoder (j’adore cette expression, so Ginette Mathiot), et de le refourguer subrepticement à mes convives:

  • la liqueur de châtaigne, à servir avec du vin blanc. À dégoter chez Couderc from Aurillac (15)
  • le pain, les galettes, les crêpes, les pancake, vous voyez le truc, à la farine de châtaigne, Corse ou Ardèche, les deux bénéficient d’une AOP, à vous de voir selon vos affinités
  • le vacherin glacés aux marrons. Crème + meringue + glace marron = boum boum dans ton cœur
  • le Mont Blanc, Angelina mais pas que, tous les pâtissiers le réinterprètent. J’aime particulièrement celui de Claire Damon de Des Gâteaux et du Pain, un plaisir peu sucré pur couture
  • le Marronnier du délicat Boris Lume, rue Caulaincourt (Paris 18), si subtil
  • la Glace aux marrons glacés Berthillon, bien typée en rhum petits gredins
  • la charlotte aux marrons de Balls, rue de Douai, un poil riche mais bigrement réconfortante, presque maternante
  • la Glace aux marrons glacés Picard, qui tient carrément la route
  • la compote Andros pomme-châtaignes sur du fromage blanc, qui remplace avantageusement la crème de marron Clement Faugier (trop, mais trop sucrée enfin) pour un simili Mont Blanc light
  • la purée de châtaignes nature, à sucrer soi-même, pour cuisiner de sublimes fondants choco-marron
La p'tite charlotte aux marrons, délicieusement enfantine

La p’tite charlotte aux marrons de Balls, délicieusement enfantine

Dans ma quête, j’ai rouvert le fabuleux Répertoire des Saveurs, qui nous incite à aller voir du côté du jambon cru, ce qui me tente carrément, des viandes bien sûr, même si je ne la suis pas sur l’association agneau-chataîgnes, l’agneau risquant d’écraser la saveur douce de la châtaigne. Les légumes tels que le chou, le céleri, le potiron, l’automne, en somme, sont de bons copains. Il manquait quelques recommandations d’associations sucrées. Je l’aime d’amour en association avec le cassis, la poire, la vanille, le thé matcha, dont les notes terreuses lui conviennent très bien, et surtout, surtout, avec la mandarine qui lui donne du pep’s.

Si tout ceci ne vous suffisait pas, vous trouverez aussi de quoi assouvir vos envies dans l’univers de la pâtisserie japonaise. Une des saveurs centrales de ces pâtisseries est l’azuki, la pâte de haricot rouge, qui évoque nettement celle du marron. Il existe un délicieux gâteau au thé vert dont j’ai oublié le nom chez Aki Boulanger, la cultissime boulangerie-pâtisserie japonaise de la rue Saint Anne, cuit à la vapeur, et au cœur de crème de marrons, de pâte de haricot rouge et de morceaux de noix. Joie des papilles. À débusquer aussi chez Toraya, un superbe salon de thé japonais qui sert de sublimes wagashi, délicates pâtisseries changeant au fil des saisons, et un excellent menu déjeuner.

Allez, venez chanter avec moi cette ode aux marrons!
Boris Lumé
48 Rue Caulaincourt, 75018 Paris
Aki Boulanger
16 Rue Sainte-Anne, 75001 Paris
Toraya
10 Rue Saint-Florentin, 75001 Paris (et à Tokyo)

 

*Certains lecteurs attentifs ne manqueront pas de souligner que cet emoji est en fait une noisette, et que ce titre est donc une arnaque totale. Pas faux, mais malgré plusieurs requêtes, le comité de direction des emoji a refusé de le créer. Je suis donc condamnée à utiliser ce subterfuge.