Tag Archives: chocolat

Dix façons de préparer chocolat fèves pistaches Editions de l'Epure

Des livres pour survivre

Le temps rend mon estomac chèvre. J’alterne entre des envies de rosé/pastèque/pêche (le soleil radieux en terrasse) et de comté/vin jaune/noix (la chaleur du foyer).

Suivant mon inclinaison à me rouler sous une couette moelleuse, je me suis plongée dans la lectures de deux petits livres susceptibles de me revigorer. Dix façons de préparer le chocolat, et Dix façons de préparer la fève de cacao sont extraits de la collection éponyme éditée par Les Editions de l’Épure. J’adore le bruit que fait le coupe-papier en découpant les pages, la douceur du papier velin, la beauté des couleurs, qui en font de véritables petits bijoux à collectionner. Il en existe sur de nombreux sujets, des plus classiques comme la tomate aux plus insolites comme le fumé, les épluchures ou encore le pain sec.

Dix façons de préparer chocolat fèves pistaches Editions de l'Epure

Une jolie trinité pour démarrer une collection.

J’aime aussi qu’il proposent non pas une somme exhaustive sur un sujet, mais plutôt la vision très personnelle de l’auteur, choisis pour leur personnalité et leur expertise. Ceux sur le chocolat et la fève ont été écrits par Laurence Alemanno, la propriétaire de Chocolatitudes, une référence pour les amateurs de chocolat d’origine et artisanaux, malheureusement trop loin de chez moi.

chocolat dix façons préparer editions epure

Le doux bruit du couteau qui découpe les pages

Vous y trouverez donc des recettes exquises qui nous sortent des classiques chocolatés vus, revus et trop vus, comme un poisson pané aux fèves de cacao, un risotto salé au gré de cacao, ou encore une sorte de crème budwig au cacao qui me fait sacrément de l’oeil. J’ai donc acheté un sachet de fèves de cacao crues chez Sol Semilla pour faire joujou. Plus à venir sur ce sujet plus tard.

L’algorithme d’Amazon était bigrement bien fait, je n’ai pas pu résister à mettre dans mon panier celui sur la pistache, que j’adore, particulièrement sous forme de glace. C’est d’ailleurs le parfum qui me sert de baromètre pour juger de la qualité d’un glacier. Certains ne jurent que par la vanille, moi c’est la pistache. Lorsque je vais en Italie, je tourne à une glace à la pistache par jour.

Je vous recommande d’ailleurs une bonne adresse pour assouvir toutes les envies de pistaches, La Pistacherie au 67 rue Rambuteau (Paris 4) et au 5 place de l’Alma (Paris 8). Vous y trouverez des pistaches des amandes et des mélanges délicieux. J’ai goûtée des pistaches grecques naturellement salées par la mer qui entoure les pistachiers, tellement poétique, des amandes de Californie à la durée de vie tendant vers zéro, et un mélange muesli, correspondant plutôt à un granola d’après mes standards personnels, parfait sur du yaourt, avec de la pêche et des framboises.

L’été a gagné.

muesli granola La Pistacherie

Le granolo-müesli de La Pistacherie, parfait pour démarrer en beauté sa journée

Les étranges accords de Mr Cloiseau

Les accords contre-nature chocolat et légumes de la Maison du Chocolat

Les accords contre-nature chocolat et légumes de la Maison du Chocolat

J’ai pu mettre la main ou plutôt le palais sur la collection Esprit Salé de Nicolas Cloiseau, qui m’intriguait depuis un bout de temps. Nicolas Cloiseau a fait du jardin potager son nouveau terrain de jeu, et a décliné une palette d’accords chocolat-légumes. Coeurs fragiles et tenants du classicisme s’abstenir: praliné aux cèpes, ganache lait aux https://www.cialissansordonnancefr24.com/cialis-pas-cher/ oignons caramélisés, ganache noire aux poivrons et praliné aux olives noires viendront vous fendre les papilles.

Ce n’est pas le premier à se frotter à cet exercice périlleux, mais le premier à s’en tirer noblement. Mr Cloiseau a déployé toute sa technique pour sortir des goûts très nets, parfaitement identifiables et superbement équilibrés. Le goût du cèpe est particulièrement franc (du collier). Force est de reconnaître la maîtrise du geste, mais cela me laisse de marbre. Il n’y a aucune dimension gourmande. Cela relève plutôt de l’expérimental, comme cela arrive parfois dans les restaurants qui font de la cuisine moléculaire et poussent la technique avant l’émotion, ou dans les desserts des étoilés.

La ganache à l’olive noire était la plus convaincante du lot. La rondeur de l’olive et son amertume fonctionnent bien avec le chocolat. Je ne l’avais pas recensé dans la liste des associations de saveurs autour du chocolat, quelle manque de professionnalisme. L’huile d’olive remplace en effet avantageusement le beurre dans les recettes de gâteaux ou de mousses au chocolat, le web en est plein. Je me souviens aussi d’un dessert sacrément emballant réalisé sur ce thème par le chef Antony Cointre, dit Le Gros (no offense): une généreuse crème au chocolat amer relevé de miettes d’olives noires croustillantes. Intense et délicieux. Pour goûter sa cuisine hors norme, et espérer tomber sur ce dessert, allez donc aux Nautes à Paris 4, ou suivez ses déambulations sur Facebook pour trouver le prochain endroit il posera ses couteaux.

Pâques ou pas Pâques?

Coucou les lapinous

Comme pour Noël et tous les autres marronniers de l’industrie, je passe mon tour sur la sélection de Pâques des grands ou moins grands chocolatiers. Pas envie de faire le relais des communiqués de presse. D’autres blogs et la presse traditionnelle, que ce soit sur papier ou sur le web, le feront très bien. J’ai d’ailleurs repéré que les vrais oeufs remplis de crème pralinée ou de ganache sont apparus un peu partout, Patrick Roger a été bien inspiré.

L’abondance de biens et d’incitations à l’achat a en effet de quoi écœurer, même si, à la différence du Royaume-Uni où les rayonnages croulent d’éditions spéciales Noël, Halloween, St Valentin, Fête des Mères you name it quasiment en continu, les supermarchés français ont la décence de caler leur merchandising relativement près de la date de la fête. Merci Lindt et Ferrero, les deux gros acteurs qui se partagent le gâteau. Vivement le 1er mai et les muguets en chocolat.

J’ai juste craqué sur des mini-poussins Lindt pour Melle Praline et sa première chasse aux œufs. Le 1/2 mètre de barres Kinder et le Ferrero géant m’ont bien fait de l’œil mais j’ai réussi à rester solide. Quand elle sera plus grande, je passerai peut-être sur un mode plus offensif avec une débauche d’oeufs, de papeterie et de décoration. Ma Martha Stewart intérieure prendra sa revanche.