Lindt à Opéra

Tendres lecteurs Milka,

L’heure a sonné pour ce billet de faire son entrée dans le monde. Il se prélassait dans un fond de tiroir (digital le tiroir, ça prend moins la poussière) mais il méritait d’être publié, ne serait-ce que pour l’effort surhumain que j’avais du fournir à l’époque pour aller rendre une visite à la nouvelle boutique de Lindt. Enceinte et nauséeuse, j’avais poussé le sens du devoir jusqu’à me fourrer dans cet antre bas de plafond.

Face à l’Opéra de Paris, coincée entre Nespresso et Uniqlo,la boutique est idéalement placée pour attirer badaux et touristes. Mais le vrai coup de génie c’est d’avoir pile poil devant l’entrée de la boutique le départ du bus vers l’aéroport CDG. Des hordes de touristes en désarroi face aux longues minutes d’attentes trouvent là de quoi dépenser leurs derniers euros. L’origine Suisse de la marque ne semble pas les perturber, et ils remplissent allègrement des petits pochons de bonbons Lindor à ramener en cadeau à leurs proches. J’en soupçonne certains de ne pas tenir, et de les boulotter dans l’avion. 

Crédit photo : Studio Pixels et Papillon
Crédit photo : Studio Pixels et Papillon

Les promesses d’un tel lieu étaient alléchantes. Élégance, délicatesse et raffinement ont du être les mots clés utilisés dans le brief des équipes marketing. Juste après expérience, immersion et sensorialité.

La réalité l’est moins. Difficile de tenir le choc de l’odeur. Bar à glace, à chocolat chaud, à Llindor, à tablette, le chocolat est partout, à qui mieux mieux. Il y a même des chocolatiers avec leur petite toque blanche iconique qui se baladent dans tous les coins pour faire des trucs.

Je n’ai pas trouvé cet ambitieux vaisseau amiral à la hauteur de son voisin Nespresso, le merchandising est beaucoup moins luxueux. Le positionnement cible clairement le milieu de gamme.

Malgré tout, l’amoureux des grands classiques Lindt y trouvera son bonheur, ainsi que celui avide de nouveautés. Plus de trente tablettes y sont référencées, dans les gammes Excellence, Création, Maxi PlaisirÀ Cuisiner, Chocoletti, Lindor, aux prix du commerce … Quel dommage! Je n’y ai pas retrouvé mon dernier amour de vacances, rencontré en Italie, le Piacere croccante, qui tenait toutes ses promesses. Mon petit cœur en était tout brisé. 

C’est donc une bonne adresse pour faire ses emplettes de tablettes, mais ne pas s’y attarder sous peine de nausée. A déconseiller aux femmes enceintes et aux personnes à l’odorat sensible. 

Il va falloir retourner en Italie
Il va falloir retourner en Italie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *