La tablette yuzu-matcha by Henri le Roux

kenavo.001

Avec cette jolie tablette au doux vert laiteux, le chocolatier breton Henri le Roux s’inscrit donc la mouvance culinaire niponno-bretonne devenue une évidence ces dernières années. Je pense en particulier à Olivier Roellinger, le premier chef à avoir marié les produits de la mer avec les épices, en particulier asiatiques, au Breizh Café et à sa crêperie qui cartonne à Tokyo, ou encore au beurre au yuzu de Bordier, le crémier star de Saint Malo (une addiction) qui rend n’importe quelle banale crêpe extraordinaire. 

Pourquoi je ne pouvais qu’aimer Henri le Roux

*Parce qu’Henri est le Roux. Et parce qu’entre roux (enfin plus vraiment pour moi mais c’est une autre histoire) on doit se serrer les coudes. C’est un combat de chaque instant. Car malgré ce qu’en disent certaines personnes malveillantes, les roux ont une âme.

*Henri le Roux est breton, et moi aussi. Il est de Quiberon, Bretagne Sud. Je viens de la côte Nord, bien plus belle mais il a fait son choix, ou n’a peut-être simplement pas eu le choix, je ne peux pas vraiment lui en vouloir.

*Henri le Roux aime le Japon, et moi aussi, à la folie.

Ok et cette tablette? 

tabletet yuzu matcha

L’association chocolat blanc-thé matcha fonctionne bien, et s’est imposée comme un classique en pâtisserie. La délicate amertume du matcha compense bien la douceur et le crémeux du chocolat blanc. C’est quelque chose que vous pourrez retrouver chez le pâtissier japonais installé à Paris Sadaharu Aoki. Mais Henri est filou et ne s’arrête pas là. Il ajoute à ce mariage bien sous tous rapports mais pouvant tirer sur le fadasse un coup de yuzu qui amène une acidité et un peps bienvenus.

Ganachopedia

Tablette yuzu matcha.001

*Le chocolat blanc: c’est un mélange de sucre, de beurre de cacao, de produit laitier et d’arômes naturels ou pas de vanille. C’est très crémeux et peut rappeler la (bonne) glace à la vanille. C’est surtout souvent franchement mauvais.

*Le thé matcha: c’est un thé vert japonais de la famille des Gyokuro qui n’est pas servi infusé. Il est réduit en poudre pour être fouetté avec de l’eau, geste qui a été sublimé dans la cérémonie du thé. Il donne une mousse fine et légère d’une grande richesse aromatique, aux saveurs amères et herbacées.

*Le yuzu: le yuzu est un petit agrume japonais, tout ridé (il n’a pas écouté les conseils du ELLE et n’a pas attaqué l’anti-âge à 20 ans, le sot), dont le goût balance entre le citron, le citron vert et le pomelo. Plutôt sympathique. Tellement sympathique qu’il a acquis le statut tant convoité de It ingrédient, comme le quinoa ou plus récemment le kale, à savoir qu’il a été zesté un peu partout, mais j’adore ça donc ça me va.

Verdict

Un délice, alors que je n’aime absolument pas le chocolat blanc (note aux amateurs de Galak: passez votre chemin). On distingue très nettement chaque saveur, c’est rafraîchissant. Le chocolat blanc est très fin, peu gras et donc pas écoeurant. Une très belle réussite.

J’aime aussi la forme de la tablette, assez fine et qui claque bien quand on la coupe (j’aime bien ce petit bruit net annonciateur de délices).

C’est Miam*****

Détails boring mais néanmoins importants

4€ les 100gr

www.chocolatleroux.com

Boutiques à Quiberon, Leverant, Paris et Tokyo pour ceux qui ne savent pas quoi faire de leur miles.

 Le petit +

Si ça vous a lu et que vous en voulez plus, vous pouvez trouver des tablettes de chocolat blanc au matcha au Palais des Thés et chez Sadaharu Aoki.

Une pensée sur “La tablette yuzu-matcha by Henri le Roux”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *