Les miscellanées de janvier

J’aime bien ce format de trucs intéressants, glanés à droite à gauche et jetés comme ça pêle-mêle en pâture au web. Je vais essayer de m’y tenir. Je démarre avec janvier. Mais, nous sommes en février vous dites-vous. Bien vu Sherlock ! Justement, c’est le moment pour faire le point sur ce mois de janvier.

Les épices et préparations Beendhi

epice masala et riz noix de coco
Le masala de Bena Paradin pour Beendhi et Roellinger, et en arrière plan le joli rose indien du riz à la noix de coco du Kerala

Ils font partie de mes favoris de placard depuis un petit bout de temps. Les produits Beendhi sont canon. Il s’agit de préparations de cuisine indienne faits à partir de produits bio. J’aime beaucoup leurs riz, à faire simplement au rice cooker, qui sont parfaits avec des légumes, pour changer des riz classiques. Les lentilles à la noix de coco, la semoule d’épeautre aux courgettes et le quinoa aux légumes au sont top pour des dîners végétariens. Bonus non négligeables, le packaging est beau. La créatrice de la gamme a été adoubée par Roellinger, donc j’ai foncé les yeux fermés. Elle a même créé toute une gamme de masala avec eux. J’utilise leur masala pour enjoliver des légumes rôtis au four. Ça marche hyper bien avec de la patate douce. Je bois des litres de chaÏ de yoga tea, sans lait merci, donc leur gamme de chaîne m’attire bien, à tester !

Les galettes de sarrasin Bio Bleud

Petite découverte chez mon Bio C Bon local, les galettes de sarrasin Bio Bleud. Avec une liste d’ingrédients courte et simple, elles sont délicieuses.C’est fait par un groupe familial en Bretagne, spécialisé dans le bio. Que demander de plus ?

Alors posons les choses toute suite : les puristes de la galette bretonne, j’en connais, ces gens-là peuvent être dangereux, ne l’adouberont pas. Elles ont une texture plus épaisse que celle de la galette classique, qui s’approche de celle du blinis. Sacrilège. C’est justement ce que j’aime. Elles sont moelleuses, c’est comme un doudou. C’est génial d’avoir ça dans son frigo, à dégainer n’importe quand. Elles passent très bien même nature, avec du beurre salé. On en dézingue un paquet par semaine.

Le Bullet Journal

Le Bullet Journal. Tout Instagramenbruisse. C’est une méthode d’organisation qui combine sur un carnet vierge le principe de l’agenda et des liste de choses à faire. C’est le propriétaire du carnet qui crée et organise les pages à sa guise, avec un système d’indexation intelligent. Inventé par un graphiste américain from les USA, cela a été popularisée en France par Solange te parle sur sa chaîne You Tube. Depuis beaucoup de personnes s’y mettent. Ayant depuis mon enfance été adepte de fiches et autres listes, ainsi que de papeterie en tous genres, j’ai été vite attirée par la chose. J’ai aussi renoué récemment avec le papier pour limiter mon utilisation de mon iPhone. J’ai toujours avec moi un cartent A5 Muji. Sorte d’embryon de bullet journal, j’y annotais mes réflexions, mes rêves, mes prises de notes lors de podcasts intéressants ou encore des brouillons de textes. Sous l’influence du bullet journal, je suis en train d’y transférer des pages de livres lus, de podcasts notables écoutés, et de mots de vocabulaire que j’aimerai ré-utiliser. J’y viens, j’y viens ! J’ai même investi, pour le plaisir il faut bien le dire, dans un set de feutres d’aquarelle (découverte totale pour moi, pourquoi personne ne m’a parlé de ça auparavant ?) dans les tons gris.

Je conserve néanmoins mon agenda digitalisé qui est synchronisé sur tous mes outils (MacBook Pro, iPad et iPhone), et qui comporte des agendas partagés avec mon mari et avec la famille avec qui nous avons mis en place une garde partagée. Concernant le volet to-do que le Bullet Journal est censé comporter, cela m’amène au point suivant :

To-do : le format parfait

outils de productivité et d'organisation
Productivité. Efficacité. Succès. Toi aussi, deviens un winner de ta vie.

Après des années d’essais plus ou moins fructueux, je crois que j’ai trouvé LE support de to-do idéal pour moi : une feuille A5 cartonnée, à petits carreaux, recto-verso, sans petit trous. C’est précis. Je désormais suis une femme heureuse et tellement productive. Au recto, ma to-do pro, au verso, ma to-do personnelle. Et je la glisse dans mon carnet Muji A5. Et bam.

Coming out

livres éducatifs enfants arrivée petit frère
Petit travail de préparation à faire avec Melle Praline

Tendres lecteurs Milka,

Je suis enceinte, jouez hautbois, résonnez musettes! Et comme lors de ma première grossesse, cela coupe tout net mes envies de chocolat. De chocolat noir j’entends, le lait noisette est tiré d’affaire. Je n’irai pas jusqu’au dégoût, mais ça ne me fait tout simplement pas envie, au grand ravissement de mes collègues qui ont hérité de mon stock de tablettes, et il y en avait des pas mal dedans. Il y aurait peut-être un travail psychanalytique à faire là-dessus, je me réserve le plaisir de cela pour plus tard. Pour l’instant mes envies se portent plutôt sur le pain (noix, raisins, céréales, je fais feu de tout bois), les fruits secs, amandes et noisettes à gogo, la glace à la vanille, les petites douceurs comme les madeleines. Étonnement le broccoli ne fait pas partie des nouveaux élus. Allez comprendre.

Je vais donc opérer une légère réorientation éditoriale – les grands mots – et ouvrir le champ de cet espace à d’autres saveurs, voire à quelques pistes sur l’alimentation de la femme enceinte, sujet qui passionne les foules, enfin tout au moins moi et mes potes enceintes (oui on est plusieurs). Watch this space.

Il me reste un chouette portrait à partager, et ce qui contient du chocolat n’est pas banni, donc il y en aura encore un peu jusqu’au mois de mars, date de la délivrance (j’ai toujours adoré cette expression).

Envole-moi

Ils m’ont eue. Je n’ai pas pu résister à aller goûter les nouveautés lancées par La Maison du Chocolat pour l’été. La collection s’appelle Envol, en hommage à Jean-Jacques sans doute*.

L’idée était très alléchante, une ganache plus légère, presque mousseuse, moins grasse car sans crème. Cette prouesse technique est permise grâce à une technique développée pendant plus de trois ans par Nicolas Cloiseau, l’obsessionnel du goût que j’avais interviewé, et Fabrice Riblet, un chercheur fou suisse. Le principe, former dieu sait comment de fines couches de micro bulles d’air qui encapsulent les arômes volatils, les laissant éclatent sous la langue au fur et à mesure.

Rubik's Cube
Rubik’s Cube

C’est très réussi. Ces petits cubes de plaisir offrent une très belle longueur en bouche. La texture du chocolat au lait est particulièrement surprenante, terriblement moelleuse, presque fouettée. Si j’osais, je dirai que ça m’évoque ce truc affreux, le Milky Way* (blasphème!), dont la mousse est toutefois séduisante. Le tout avec un vrai bon goût de chocolat lacté bien sûr.

Ces nouvelles ganaches existent nature, au lait, praliné (fou, rendu léger et évanescent, vraiment une nouvelle sensation), au citron et à la framboise (terrible).

* Je n’ai pas posé la question à Nicolas Cloiseau, je ne voulais pas lui mettre la honte, mais j’en suis presque certaine.
** Je n’ai pas posé cette question non plus, de peur de me faire rayer des listes d’invitation à tout jamais.