2018, nouveau départ

Place d'Iéna
Il a neigé à Paris. Place d’Iéna, Paris 16è

Début d’année dernière, je partageais ric-rac mes pseudo résolutions pour l’année à venir. Et bien je me suis arrêtée au point numéro 1, qui était de survivre à l’arrivée d’un deuxième enfant. Cette naissance a tout balayé sur son passage. Mon corps, ma psyché, notre équilibre familial. Dépression post-partum. Le mot était lâché. L’appel du vide absolu. J’ai commencé à réellement m’inquiéter lorsque j’ai arrêté de manger. Impossible d’avaler une bouchée. Impossible de me lever. Impossible de contenir les larmes qui coulaient le long de mes joues. Les émotions déferlaient, et rien ne pouvait les arrêter.

La mobilisation incroyable de ma famille et un accompagnement dédié m’ont aidée à sortir du tunnel. Ce n’est pas à négliger. C’est une maladie qui nécessite d’être prise en compte et en charge. Aujourd’hui ça va.

Je partage cela ici car c’est tout d’abord mon espace, et parce que j’en ai assez de la pression explicite et implicite qui tourne autour de la maternité. J’aime mon fils, il est merveilleux, mais ce n’est pas pour autant que c’est un moment d’épanouissement ultime. Arrêtons avec la présomption que la grossesse, l’accouchement, l’allaitement, l’éducation sont des choses naturelles. Cela ne veut strictement rien dire. Au contraire, cela s’apprend. Arrêtons avec les attentes de la mère parfaite, qui adore s’occuper de son enfant et qui est la mieux placée pour le faire. C’est faux. Arrêtons avec la pression véhiculée par les réseaux sociaux et largement internalisée par ma génération qu’il est simple d’avoir des enfants, un job épanouissant, cuisiner sain & bio, les habiller coordonné, avoir une ligne impeccable et en plus courir béatement de joie. C’est absurde. Fin de la parenthèse. Je la rouvrirai peut-être plus longuement.

Autant dire que tout le reste a été vite relégué au deuxième, voire au troisième plan. Nous avons fait appel plus que nécessaire à Picard, Frichti, Deliveroo. Un conseil : amenez aux jeunes parents des plats faits maison. Le meilleur cadeau du monde. Ah si, nous avons étrenné et intégré dans nos habitudes un rice cooker. Juste génial.

Dernier effet collatéral de cette période compliquée, j’ai replongé dans le sucre. Lorsque je suis fatiguée, je vis dans l’illusion que cela m’apporte de l’énergie. Alors que c’est tout le contraire. De surcroît ça me flingue la peau. Que voulez-vous, encore une fois c’est transitoire, et je redescends tout doucement. Noël ne m’a pas aidée, c’est la période de l’année pendant laquelle je me régale de chocolats, de gâteaux et de glace (oui, oui, la marron glacée – poire de Berthillon est à se damner). Je crois que cette période offre tout ce que je préfère : le panettone, le stollen, les marrons glacés, le chocolat, le praliné…

Donc pour 2018 mon plan est simple. Je reprends la liste de 2017, et j’y ajoute trois ingrédients essentiels :  de la sérénité. du calme. du bonheur en famille.

One Reply to “2018, nouveau départ”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *